Ils ont remis en lumière le championnat de France qui commençait à être un peu en retrait par rapport aux autres championnats européens.

LA WEB RADIO VILLELUMIERE EST ALLÉE À LA RENCONTRE DE Romuald MALFERMO Préparateur physique - FC Metz (Centre de Formation) et Educateur - RS Magny (U17)  IL REVIENT SUR SA CARRIERE ET SA VIE ACTUELLE:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PEUX-TU TE PRÉSENTER ET DÉCRIRE TON PARCOURS POUR ARRIVER AU POSTE DE Préparateur physique - FC Metz (Centre de Formation) et Educateur - RS Magny (U17)?

 

 

 

 

 

"Je m'appelle MALFERMO Romuald, j'ai 26 ans. Je suis actuellement préparateur athlétique au FC Metz. Après avoir effectué mon stage de fin d'études avec le groupe U17, j'ai poursuivi 2 saisons avant de basculer sur les U15 cette saison. Je suis également éducateur U17 depuis 6 mois au RS Magny au niveau régional et coach sportif/préparateur physique indépendant.
J'ai un bac S, j'ai enchaîné par la faculté du Sport de Nancy. J'ai eu ma licence entraînement Sportif avant de partir pour Dijon, où j'ai obtenu mon master ainsi que le DU de Préparation Physique. Depuis, je continue à me former : j'ai eu mon BMF il y a 2 ans et mon BEF l'année dernière." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

POURQUOI AVOIR CHOISI CE POSTE ?

 

 

 

 

 "Ce métier parce que le sport, de manière générale mais le football en particulier, est ma passion. Pour l'anecdote, j'avais était accepté dans une formation complètement différente que j'ai finalement refusée pour entrée en faculté du sport. Je ne me voyais pas assis à un bureau, même si je passe pas mal de temps sur l'ordinateur aujourd'hui.
De plus, c'est un métier passionnant qui nous oblige à nous remettre en question, à rester dans un cycle d'apprentissage pour rester à jour et qui permet de partager/transmettre beaucoup de choses." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel est le travail la place et les fonctions de ce poste?

 

 

 

 

"C'est un travail qui nécessite de la réflexion en amont pour planifier le travail, préparer les séances en adaptant le contenu au contexte et par la suite, un travail d'analyse : la réponse que les joueurs ont apportée et du travail proposé avant d'ajuster la suite.
La place du préparateur physique est entre le coach et les joueurs. On a souvent une relation plus proche des joueurs parce qu'on n'est pas un "décideur" pour les matchs du weekend, même si on a notre mot à dire en fonction de notre perception de l'état de forme et du ressenti d'un joueur. À côté de ça, il faut maintenir une certaine distance pour conserver sa position.
Les fonctions sont nombreuses. La gestion de la planification avec les entrainements et dans l'idéal du calendrier des rencontres, mais ce n'est pas toujours évident. La gestion de la charge de travail hebdomadaire, dans le sens où l'on va pouvoir orienter les coachs sur le volume et l'intensité des séances. On prend également en charge les séquences de travail athlétique spécifique, les retours de blessure. Pour ma part, je suis également éducateur ce qui m'aide à intégrer le travail athlétique et de dépanner également sur les aspects technico-tactique."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les qualités nécessaires pour faire ce metier?

 

 

 

"Je pense qu'il faut de la rigueur pour proposer un travail cohérent et réfléchi. On doit faire preuve également d'une capacité de remise en question parce que le travail proposé peut toujours être amélioré, les connaissances en la matière évoluent aussi. Enfin de la passion, parce qu'il peut être frustrant par moments."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment vois-tu la formation dans 10 ans ?

 

 

 

"La formation a un rôle fondamental dans le football français. Le renouveau des formations proposées comment à porter ses fruits d'autant plus que les joueurs arrivent de plus en plus jeunes dans le circuit professionnel. Il faut qu'on soit en mesure de proposer un contenu qui va leur permettre de s'adapter aux contraintes du haut niveau sans pour autant griller les étapes."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce qui te passionne dans ton métier et ce qui te plaît le moins ?

 

 

 

"Ce qui me passionne, c'est de voir évoluer un joueur dans mon domaine et aussi au niveau technico-tactique, de voir le chemin parcouru. Il y a évidemment les émotions qu'il procure que ça soit au niveau résultat sportif mais également dans les échanges, on vit au quotidien ensemble même s'il y a des hauts et des bas. J'aime bien plaisanter et chambrer, j'en accepte les conséquences... j'en prends aussi ; tant que ça reste dans le respect et la bonne humeur.
Au niveau des aspects négatifs, c'est un peu un rôle de l'ombre qui est sa place mais qui est souvent remis en cause lorsque ça ne va pas mais en contrepartie, par forcément valorisé lorsque tout va bien. Je dirais aussi l'évolution de l'entourage des joueurs qui sont mis trop vite sur un piédestal avec les parents, les agents qui gravitent autour à 12 ans déjà." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si tu devais donner un conseil à des jeunes qui souhaitent s’orienter dans cette voie ?

 

 

 

"Je dirais le travail dans un premier temps, ça demande beaucoup d'investissement pour se construire des convictions et se remettre en question pour évoluer. Ensuite je dirais, échanger et discuter, pas seulement avec des préparateurs physiques dans le football : avec des coachs pour être plus précis dans l'activité, dans d'autres disciplines pour diversifier ses contenus, des managers pour les relations humaines."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que pensez vous du Paris Saint Germain? masculin et féminin ?

 

 

"Ils ont remis en lumière le championnat de France qui commençait à être un peu en retrait par rapport aux autres championnats européens. Ils commencent également à tirer les bénéfices de l'argent investi dans la formation même si ce n'était pas leur objectif prioritaire en arrivant. Le championnat de France est reconnu pour ça, si les clubs sont en mesure de garder leurs meilleurs jeunes, la Ligue 1 va devenir plus attractive.
Au niveau féminin, on a refait notre petit retard sur nos voisins et sur les États-Unis, à l'image des résultats de l'équipe de France et des clubs français en Ligue des Champions. Pour l'instant il y a encore un écart important entre le PSG, Lyon et les autres clubs de D1." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pensez vous que le PSG va remporter la champions league ?

 

 

 

"Je pense qu'ils construisent l'équipe pour la gagner. Construire une équipe ce n'est pas acheter les meilleurs joueurs à tous les postes, c'est avoir le meilleur joueur possible pour l'équipe : c'est évident qu'il faut des qualités techniques, tactiques et athlétique mais à haut niveau tous les joueurs ont des qualités à faire valoir ce qui va faire la différence c'est leur capacité à se fondre dans le collectif, à mettre leurs intérêts personnels au second plan." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(François Poiret)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article